N° 414 janvier 2017

À propos de RTE, si on faisait un peu de métallurgie ?

Pagination : 5-6
Rubrique : Chroniques
Mots-clés : Réseau de Transport de l’Électricité (RTE), métallurgie, réacteurs, génératuers
© AREVA/Jean-Marie Taillat.

Chargement d’une virole en cours de forgeage pour réchauffement, usine de Creusot-Forge, 2013.

Le Réseau de Transport de l’Électricité (RTE) a annoncé début novembre 2016 que la sécurité d’approvisionnement durant l’hiver 2016-2017 s’annonçait délicate. En effet, 21 réacteurs nucléaires sur 58 étaient à l’arrêt. Une bonne douzaine pour maintenance ou rechargement de combustible, mais les autres à la demande de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), à la suite de la découverte d’une concentration de carbone dans les aciers des fonds de virole de certains générateurs de vapeur. La disponibilité du parc nucléaire français devrait alors accuser un recul de puissance de 10 000 mégawatts (MW) sur un volume total de 63 000 MW. Certes, bien qu’en diminution, le parc des centrales thermiques peut encore délivrer une puissance de 20 000 MW si nécessaire, et les centrales éoliennes et photovoltaïques montées en puissance peuvent apporter un soutien plus ou moins aléatoire en fonction de la météo de l’hiver. Les craintes restent cependant vives dans l’attente de la pointe traditionnelle de la demande lors d’un jour de grand froid [...]