N° 377 septembre 2013

À propos du gallium

Page : 4
Rubrique : Clin d’œil étymologique
Mots-clés : Étymologie, gallium.

Paul-Émile, dit François, Lecoq de Boisbaudran (1838-1912), contemplant son blason d’azur, au coq d’argent cretté, becqué et membré de gueules, alors que sous Boisbaudran se cache un corbeau (hram).

Le gallium est un élément simple, mais son nom semble provenir d’une double inspiration.

En 1875, le chimiste français Lecoq de Boisbaudran prouvait par la spectroscopie l’existence d’un nouvel élément, qu’il isolait à partir d’un minerai des Pyrénées françaises et dont il publiait le nom, gallium, sans en donner la moindre justification. La communauté internationale a bien accepté gallium, en même temps qu’une interprétation quelque peu polémique se répandait : le découvreur se serait mis en avant en s’inspirant de son propre nom, symbolisé fièrement par un coq (en latin, gallus) sur le blason familial. Une telle attitude ne s’était jamais vue, et, même si par la suite on a nommé des éléments en honorant de grands scientifiques, on a cherché à ne pas le faire de leur vivant. [...]