N° 408-409 juin-juillet-août 2016

Apports et limitations de la stratégie du greffage pour le stockage de l’électricité : l’union complexe d’une molécule et d’un carbone

Pagination : 30-33
Sous-thème : Conversion et stockage
Mots-clés : Supercondensateurs, dispositifs hybrides, stockage de l’énergie, liant redox, transition énergétique.
FR | EN

Depuis plus de deux décennies, les dispositifs de stockage électrochimiques de l’électricité ont entamé leur révolution organique. Pseudo-supercondensateurs, supercondensateurs redox et dispositifs hybrides « tout organiques » ont déjà conquis les communautés scientifique et industrielle, même si des efforts importants restent à faire pour améliorer leurs performances et leur stabilité afin de pourvoir les intégrer de manière permanente à des structures de longue durée de vie (aéronautique, automobile, bâtiment, etc.).

Une stratégie récente consiste à greffer de petites molécules électroactives à la surface de carbones activés. L’assemblage de ces éléments génériques hautement modulables conduit à un très grand nombre de combinaisons possibles et des règles doivent être respectées pour que le greffage soit bénéfique.

Cet article présente les apports et les limitations de la stratégie du greffage et se conclut sur une alternative originale au greffage des molécules sur le carbone.