N° 253 janvier 2002

Bonne Année

Page : 2
Rubrique : Éditorial

Des éminents collègues nous ont quittés en 2001 et la catastrophe de Toulouse a endeuillé la France. Cette année a été dure pour les chimistes, mais il n’est pas certain que la chimie ait vu son image aussi dégradée qu’on ait pu le craindre. En assistant à la journée organisée à Lille le 28 novembre dernier sur « les risques technologiques et maîtrise de l’urbanisation » dans le cadre du « débat national sur les risques industriels », j’ai pu constater que la grande majorité des intervenants critiquaient, certes, la manière dont le risque était appréhendé, mais qu’une industrie chimique forte était considérée comme une nécessité pour le pays. Représentants des pouvoirs publics et syndicalistes ont, en effet, souligné l’importance de cette industrie qui, comme le rappelait Philippe Essig, assure 250 000 emplois directs. Le rôle de l’école pour sensibiliser les esprits à une culture du risque qui est celle de la vie a été mis en avant, mais que ne demande-t-on pas nos enseignants sans leur donner les moyens d’accomplir des missions que l’on attend d’eux !

Et pourtant si le système éducatif officiel ne laisse jusqu’à présent que peu de place aux sciences dans le primaire, fort heureusement des organisations se sont créées pour favoriser l’éveil et attiser la curiosité des enfants pour les observations scientifiques.
Beaucoup d’entre nous connaissent « La main à la pâte », animée par l’Institut National de la Recherche Pédagogique qui, sous le patronage de l’Académie des sciences, favorise une dynamique de l’enseignement des sciences dans le primaire. « La main à la pâte » donne son label à la collection « Graine de Sciences » qui rassemble dans chaque ouvrage des chapitres rédigés par des chercheurs après que le sujet a été traité devant des enseignants dans le cadre d’un séminaire à la fondation des Treilles. Cette approche, grâce à laquelle les enseignants ont un rôle participatif, sera sans doute très fructueuse surtout si elle peut être généralisée

À la rédaction, nous nous préoccupons d’apporter une contribution à cette démarche qui consiste à offrir aux enseignants des « matériaux » utilisables pour leur pédagogie. Dans cette perspective, nous allons cette année ouvrir une nouvelle rubrique : il s’agit de s’intéresser à des produits de la vie quotidienne que chacun utilise et d’en expliquer la conception et le mode d’action. Le groupe Formulation de la SFC, représenté au comité de rédaction, a accepté de faire vivre cette rubrique.

Puisque nous abordons l’évolution de L’Actualité Chimique, nos lecteurs ont pu constater que de profondes modifications ont été apportées au journal durant l’année 2001. La forme a changé, avec une nouvelle maquette en couleur et, en ce qui concerne le contenu, le comité de rédaction a soutenu une politique rédactionnelle favorisant la parution de numéros à thèmes (Chimie de l’atmosphère, Femtochimie, Chimie au Vietnam, Magnétisme moléculaire, Hydrogène). Par ailleurs, mais avec une certaine difficulté due à la faible mobilisation de nos collègues pour alimenter la rubrique, nous nous efforçons de maintenir les « brèves scientifiques ».

En 2002, l’effort sur les numéros à thèmes sera maintenu et nous avons évoqué ci-dessus la création d’une nouvelle rubrique. À terme, l’excellent développement de « SFC Info en ligne », devrait nous amener à reconsidérer dans le journal les rubriques « Informations générales » et « Activités de la SFC », au moins pour les annonces qui sont plus du domaine de la communication électronique. Le journal pourrait aborder ces aspects de la vie scientifique uniquement sous la forme de compte rendus critiques des manifestations.
Enfin, nous entrons dans une ère européenne et puisque nous avons déjà des numéros réalisés en commun avec d’autres sociétés savantes françaises, nous avons en projet des numéros préparés avec des sociétés étrangères. Nous formons des vœux pour que cette évolution et ces projets rencontrent l’adhésion de nos lecteurs et en attirent de nouveaux.

Toute l’équipe de rédaction vous souhaite une année riche en résultats et heureuse à tous égards.

Bernard Sillion
Rédacteur en Chef

Couverture

Illustration Marine Couderc ©.