N° 375-376 juin-juil.-août 2013

Déchets et biotechnologies

Pagination : 65-67
Sous-thème : Bioraffineries et chimie du végétal
Mots-clés : Déchets, biotechnologies, énergie, réactifs, développement durable.
FR | EN

La dégradation aérobie : le micro-organisme détecte un composé organique (cellulose par exemple) (1), le phagocyte (2), et son métabolisme oxydatif transforme ce composé organique en dioxyde de carbone et eau qui sont relâchés dans le milieu (3).

De nombreux déchets générés par notre société contiennent une teneur appréciable de matières organiques, dont certaines peuvent être transformées par des procédés biotechnologiques. Ces procédés consomment une quantité modérée d’énergie et, dans certains cas, sont même capables d’en produire.

Ainsi, des sols régénérés, du compost, des nutriments, des produits chimiques tels que le méthane et de l’eau deviennent disponibles pour un développement durable.