N° 366 septembre 2012

Des nanoréacteurs chimiques aux capteurs de polluants : un exemple de transfert technologique

Pagination : 42-48
Sous-thème : Valorisation de la recherche
Mots-clés : Nanoréacteur, capteur colorimétrique, formaldéhyde, pollution, air intérieur, innovation, valorisation de la recherche.
FR | EN

Kit de diagnostic du formaldéhyde Profil’air® commercialisé par la société Ethera.

Comment à partir d’études très fondamentales de la réactivité chimique en milieu confiné parvient-on à la réalisation de capteurs chimiques de polluants et à la création d’une start-up ?

La start-up Ethera, créée en mars 2010 avec l’aide du CEA et du CNRS, développe et commercialise des capteurs innovants, spécifiques, sensibles et peu coûteux pour la détection, l’identification et la mesure de composés gazeux ou volatils. Le premier capteur issu du transfert technologique est dédié à la détection très sélective d’un polluant ubiquiste, le formaldéhyde.

C’est l’histoire de ce transfert qui est racontée ici, de la recherche menée dans un laboratoire jusqu’à la fabrication des produits par une start-up.