N° 422-423 octobre-novembre 2017

Du bon usage du degré de polymérisation en nombre

Pagination : 122-126
Sous-thème : Polymères et enseignement
Mots-clés : Macromolécule, unité monomère, unité de répétition, degré de polymérisation, polymères, enseignement.
FR | EN

Unités monomère et unités de répétition se confondent dans le cas des homopolymères. Le degré de polymérisation est alors égal au nombre d’unités de répétition. Exemples du polystyrène, polybutadiène-1,4, polyamide-6.

Les macromolécules constituant les polymères sont souvent décrites en termes d’unités de répétition issues des monomères mis en œuvre. Cette description basique est très rapidement mise en défaut dans le cas de nombreux copolymères. Il est donc naturel pour le chimiste de raisonner en termes d’unités monomère et non pas en unités de répétition, que l’on traite d’une polymérisation en chaines ou par étapes. Cette distinction est d’autant plus nécessaire que le degré de polymérisation d’une macromolécule est défini comme le nombre d’unités monomère constituant cette macromolécule. Enfin, cette approche permet de mener à bien facilement et sans approximation les calculs de bilans molaire et massique.