N° 386 juin 2014

Du monde académique au monde industriel : trois interviews

Pagination : 21-26
Rubrique : Parcours de chimistes
© Diverchim

L’interview du professeur Henri Kagan publié dans L’Actualité Chimique à l’occasion des Journées de chimie organique 2013 [1] a montré, s’il en était besoin, la richesse et l’intérêt des entretiens avec des chimistes au parcours original et instructif.

Instructif pour les jeunes générations et les moins jeunes également, et quoi de plus significatif alors que la prise de risque d’un passage du monde académique au monde industriel ? Certes, il s’agit du monde de la recherche industrielle, et pas celui de la production ou des services. Mais à la lumière des trois entretiens publiés ici se découvrent la personnalité de l’interviewé et celle de l’entreprise.

Leur exemplarité vient d’abord de leurs différences.

Dans le premier cas (Christian Brevard), un chercheur répond à une annonce, quitte le cocon d’un laboratoire d’excellence (celui de Jean-Marie Lehn) pour créer de novo un département chimie dans une petite société d’instrumentation, qu’il transformera en numéro un mondial grâce à son empathie avec les chercheurs, leurs besoins, voire leurs rêves.

Dans le second (Jean-Louis Brayez), un jeune chercheur d’un institut prestigieux du CNRS (l’Institut de chimie des substances naturelles de Gif-sur-Yvette) est recruté par la société Roussel-Uclaf dont la recherche était alors menée par des personnalités d’exception. Un parcours lié aux aléas de la structuration industrielle l’amènera à créer sa propre entreprise, qui a réussi à passer le cap difficile de la crise de 2008.

Le troisième exemple (Régis Réau) décrit le parcours académique, d’abord au CNRS puis comme professeur d’université, d’un scientifique connu nationalement et internationalement pour ses travaux, qui n’a jamais cessé de faire de la science et de publier à tous les niveaux de responsabilité qu’il a occupés jusqu’à une date récente, lorsqu’un grand industriel de la chimie l’a convaincu de le rejoindre pour occuper un poste stratégique en R & D.

Leur exemplarité vient aussi de leurs similitudes : aimer la science et toutes les manières de la faire, savoir saisir les opportunités ou les créer, et être passionnés donc passionnants pour mieux partager les réalités sans les priver de leur auréole de mystère tentateur.

[1Balavoine G., Sur la route d’Henri Kagan, dialogue…, L’Act. Chim., 2013, 377, p. 7.