N° 435 décembre 2018

Émile Kopp, chimiste et homme politique alsacien méconnu

Pagination : 43-47
Rubrique : Histoire de la chimie
Mots-clés : Chimiste alsacien, politique, chimie industrielle, colorants.
FR | EN
Émile Kopp (1817-1875)

(portrait, date inconnue), archives de l’École supérieure de chimie de Mulhouse en dépôt aux archives municipales de Mulhouse, AMM 15 AD8-17.

Après des études à Strasbourg, Émile Kopp est titulaire d’une chaire de toxicologie à l’école de pharmacie de cette ville. Un brillant avenir universitaire lui semble alors promis. Élu représentant du peuple (député) sur la liste « rouge » du parti démocrate-socialiste en mai 1849, il est banni après une manifestation contre le gouvernement. Toute carrière universitaire lui est donc désormais interdite en France.

Réfugié en Angleterre, il découvre l’industrie chimique dans une manufacture de colorants. Revenu en France en 1855, il travaille dans la manufacture d’articles métalliques de son beau-père en Alsace, est consultant auprès d’entreprises chimiques, tout en poursuivant des recherches dans son propre laboratoire, où il met au point un procédé de séparation des principaux colorants de la garance.

Nommé professeur de chimie industrielle à Turin puis au Polytechnicum de Zurich, il devient le mentor apprécié de plusieurs chimistes renommés. Savant célèbre à son époque, il a laissé une oeuvre scientifique importante dans des domaines très variés de la chimie.