N° 453 juillet-août 2020

Encore et toujours la chimie

Page : 1
Rubrique : Éditorial

Après des mois pendant lesquels les écoles, universités, laboratoires, entreprises étaient fermés ou tournaient au ralenti, L’Actualité Chimique et ses auteurs ont cherché à identifier des conséquences positives ou des initiatives innovatrices qui perdureront dans l’enseignement, l’industrie, la recherche. Les « vacances » vont être mises à profit pour concevoir des scénarios de reprise intégrant les besoins et pénuries de compétences et de financements, constater l’émergence de certains pays plus audacieux que d’autres, attribuer et répartir des moyens au regard de données, pas toujours économiques.

Audace et créativité
Les enseignants ont déployé toute leur passion et créativité pour assurer une continuité et préparer la rentrée. L’enseignement à distance sans accès aux salles de cours et aux paillasses a eu recours à la vidéo, Internet, l’ordinateur, les équipements peu onéreux, ou la gourmandise pour préserver le lien avec les élèves. Deux articles l’illustrent parfaitement : Jérôme Randon propose de développer des compétences hors la classe, et Hervé This conçoit un atelier expérimental du goût. Il y a fort à croire que la pédagogie s’enrichira en ouvrant des voies inhabituelles, et nous espérons que les organismes de tutelle favoriseront l’allocation de budgets et ressources.

Quid de la recherche et de l’innovation ?
La chimie du médicament est sur le devant de la scène avec la COVID-19 : sera-t-elle soutenue ? Après le partage des résultats en open access ‒ saluons les initiatives de tous les éditeurs scientifiques ‒, se jouent les alliances, les stratégies de dépôt de brevets, le tout dans une course effrénée au vaccin. Nous suivrons les avancées au cours des mois à venir. La chimie française, forte de ses talents, a un rôle à jouer.
Mais la santé n’est pas le seul territoire de la recherche au-devant de la scène ; le premier vol habité de SpaceX a aussi été lancé pendant la pandémie. Les domaines des transports, de l’environnement, de l’alimentation… ont aussi été impactés à la faveur des contextes locaux, avec des conséquences inattendues sur la pollution, la consommation, les loisirs culturels et sportifs… La liste est très longue, et ne soyons pas nostalgiques et pessimistes. Sortons vainqueurs grâce à la Science, l’Éducation et la CHIMIE.
L’article de la rubrique Histoire témoigne lui aussi du rôle clé des chimistes dans des industries du bien-être comme l’hygiène et la beauté. Injustement qualifiés de futiles, ces secteurs ont été très présents pendant le confinement pour produire et distribuer des gels.
Enfin, les travaux décrits dans la rubrique Recherche et développement ‒ les pérovskites halogénées, les thiosucres, l’électroanalyse, la détection de molécules polluantes ‒ plaident tous pour une politique continue et audacieuse des institutions en faveur de l’enseignement et des laboratoires.

Vive la Chimie et... vive les vacances !

Patricia Pineau
Rédactrice en chef

Couverture

Image illustrant l’intérieur d’une pérovskite hybride après qu’elle ait été frappée par de la lumière solaire artificielle.
Crédit photo : Greg Stewart/SLAC National Accelerator Laboratory, avec l’aimable autorisation de l’auteur.