N° 227 août-septembre 1999

Et L’Actualité Chimique ?

Page : 2
Rubrique : Éditorial

C’est la rentrée, et sans doute l’occasion d’une réflexion sur ce que L’Actualité Chimique offre, ou plutôt n’offre pas à ses lecteurs.

  1. Nous ne « collons » pas assez à l’actualité. Un exemple dont nous avons discuté avec des collègues du comité de rédaction : la dioxine dans les aliments ! La présentation de la presse insistait énormément sur le produit et sous-informait sur les raisons de sa présence dans les viandes. Une information sur la chaîne de transformation conduisait aux dioxines, un rappel de la toxicité de certains isomères et une réflexion sur les contrôles de qualité et les suivis analytiques dans les opérations de préparation des aliments auraient été (ou seraient encore) souhaitables (sur la dioxine, on lira avec intérêt le n° 6, novembre 1994, de L’Actualité Chimique).
  2. Nous manquons de nouvelles scientifiques académiques et industrielles. Pourquoi va-t-on dans un congrès ? Certes, pour présenter ses travaux (c’est bon pour l’ego... et pour l’avancement !) ; mais aussi pour suivre les évolutions dans les domaines voisins. À cet égard, pourquoi L’Actualité Chimique ne serait-elle pas le congrès mensuel de la communauté des chimistes ?
  3. Les informations technico-économiques sont quasi inexistantes. En particulier, un éclairage sur les grandes fusions, qui auraient un caractère un peu plus technique que ce qui est offert par la grande presse, serait sans doute apprécié.

Peut-on apporter un remède ?

  • Rappelons tout d’abord la faiblesse de nos moyens (l’équivalent de deux personnes à temps plein), et le bénévolat de nos auteurs. Un effort de professionnalisation est à faire si l’on veut combler les lacunes évoquées en ce qui concerne les explications scientifiques éclairant l’actualité, et les informations technico-économiques.
  • Pour ce qui concerne les nouvelles scientifiques, les informations sont chez nos adhérents et il faudra bien imaginer un système pour les « extraire » !
  • L’idée d’une association avec un partenaire n’est pas à exclure, mais il est clair que plus nous serons attractifs pour nos lecteurs, plus nous le serons pour un éventuel partenariat.

Enfin, merci pour vos réponses à l’enquête sur les articles portant sur les PME-PMI. Nous publierons les résultats en octobre.

Bonne rentrée à toutes et à tous.

Bernard Sillion,
Rédacteur en chef

Couverture  : Quelques cristaux liquides minéraux lyotropes et leurs principaux constituants : Li2Mo6Se6 (texture Schlieren et à fil), V2O5 (effet du champ magnétique), les aluminosilicates (argiles smectites, texture et monodomaine centimétrique orienté) et FeOOH (une phase smectique). Voir article p. 13.
Illustration réalisée par J.-C. Ricquier, J.-C. Gabriel et P. Batail.