N° 418-419 mai-juin 2017

Fiche n° 50 : Le xénon : II - Applications en santé et en électronique et chimie du xénon

Pagination : 127-128
Rubrique : Un point sur
Mots-clés : Xénon, production, applications, industrie, éclairage, aérospatial, astrophysique, santé, électronique.
© PLoS One, Institut Pasteur.

Interactions entre des atomes de xénon (violet) et la cavité hydrophobe du récepteur bactérien GLIC. Cette protéine a été utilisée comme modèle pour l’étude des interactions xénon/protéine (interactions ligands/protéine).

Le xénon est un gaz rare et inerte présent dans l’atmosphère en quantité infime. Il possède cinq couches électroniques saturées et appartient à la dernière colonne du tableau périodique. C’est l’un des produits secondaires de la séparation industrielle de l’oxygène et de l’azote lors de la distillation des gaz de l’air.

Actuellement, le xénon et ses dérivés sont utilisés pour de nombreuses applications de haute technologie. Les constructeurs automobiles emploient des lampes au xénon pour les phares de leurs voitures haut de gamme. Dans le domaine de l’aérospatial, la propulsion des satellites et des sondes spatiales s’effectue avec des moteurs ioniques au xénon. Les astrophysiciens l’utilisent aussi pour tenter de détecter la matière noire. Dans le secteur de la santé, il est employé en imagerie médicale et comme anesthésiant. En électronique, le xénon et ses dérivés sont utilisés dans les lasers à excimère pour la lithographie à haute résolution. En combinaison avec d’autres gaz réactifs, le xénon peut être aussi employé en gravure sèche.

Voir aussi les autres fiches Un point sur