N° 295-296 mars-avril 2006

Fin d’un intérim

Page : 1
Rubrique : Éditorial

Comment ne pas commencer cet éditorial sans rendre un hommage très ému à la mémoire de Pierre Potier ? Nous publierons le mois prochain des témoignages du CNRS, des Académies et de la Maison de la Chimie, mais je voudrais simplement évoquer l’intervention qu’il fit à l’occasion d’un petit colloque intitulé « Chimie et bien-être » à Lyon, en octobre dernier, devant un auditoire de lycéens, de leurs professeurs et de jeunes étudiants, sur le thème « chimie et santé ». Son stupéfiant talent de communicateur faisait passer la salle du rire à l’émotion, et je suis convaincu que les jeunes auditeurs ont ressenti, grâce à lui, combien la recherche conduite à ce niveau était à la fois importante pour améliorer la vie quotidienne par ses résultats, mais cependant ludique dans sa démarche. Quoi de mieux pour susciter le goût des sciences, et je ne serais pas surpris que quelques vocations lycéennes aient été confirmées, voire initiées, par Pierre Potier à cette occasion. Nous ne saurions en outre oublier à la rédaction le soutien qu’il a apporté à la revue grâce à un partenariat mis en place voici deux ans.

Revenons à L’Actualité Chimique : un début de polémique a pris naissance en Rhône-Alpes suite à un débat au Comité de rédaction qui portait sur les publications de communications présentées dans le cadre de réunions des sections régionales de la SFC. Dans sa majorité, le Comité de rédaction a considéré que notre journal, magazine scientifique généraliste, devait proposer à ses lecteurs des articles de revue faisant le point sur un sujet ou un thème, articles qui devaient pouvoir être lus par l’ensemble de la communauté des chimistes, et qu’il fallait donc éviter la publication d’articles primaires, sans doute très intéressants, mais accessibles pour chacun d’entre eux uniquement par des populations très réduites…
Au niveau de la rédaction, nous devons prendre en compte le fait que nous avons à la SFC quinze sections régionales, et si chacune souhaite publier un cahier de quatre ou cinq publications par an après son colloque régional, on voit que rapidement le journal deviendra une revue primaire qui cessera d’être un outil de culture générale pour les chimistes. Il semble que cette position du Comité de rédaction soit contestée par nos amis de Rhône-Alpes. La controverse est-elle irréductible ? Certes non.
Si nous pensons que l’intérêt des compte rendus de colloques réside en fait dans l’analyse critique que peut en faire un participant qui mettra en perspective les nouveautés en soulignant les interventions remarquées, il reste cependant possible de publier les contributions primées sur le site du journal.

Ce numéro est consacré aux matériaux carbonés : simple par sa chimie, mais très complexe dans ses organisations, le carbone a donné naissance à des structures fascinantes. Ce dossier est un remarquable outil que les étudiants, mais aussi les professionnels, consulteront avec profit. La rédaction adresse ses remerciements aux coordinateurs : Guy Furdin, Pierre Delhaes et François Béguin.

Une dernière nouvelle : l’éditorial du prochain numéro sera signé par Paul Rigny, membre du Comité de rédaction depuis plusieurs années, qui a accepté de prendre en charge la fonction de rédacteur en chef. Je le remercie vivement et je suis convaincu du succès de ses actions pour le développement de L’Actualité Chimique.

Bernard Sillion
Rédacteur en chef « par intérim »

Couverture

© Marine Couderc.