N° 346 novembre 2010

Greenbusiness ou greenwashing ?

Pagination : 4-5
Rubrique : Chroniques
Sous-rubrique : Polémiques

Une enquête parue en avril 2010 sur « les Français et la communication responsable », menée pour le secrétariat d’État à l’Écologie, révélait une lassitude certaine des consommateurs face au développement durable et un scepticisme croissant vis-à-vis des messages publicitaires sur la consommation durable, près de 43 % ne les supportant plus et l’immense majorité (75 %) réclamant plus d’informations sur les conditions de fabrication des produits, avec un intérêt croissant sur l’humain, le local, le maintien de l’emploi dans les entreprises, qui l’emporte sur un changement climatique, notion jugée trop abstraite.

Les déboires de quelques grands du secteur des technologies propres, sur le marché de l’éolien et celui des panneaux photovoltaïques en 2009, la chute de la compensation carbone, annonceraient-ils eux aussi un déclin ou une pause dans le « greenbusiness », ou ne serait-ce qu’une conséquence des excès et abus du « greenwashing » ? Encore faudrait-il essayer de s’y retrouver dans un vocabulaire qualifié parfois « d’écobranchouillard pour neu neu durables ».