N° 429 mai 2018

H2O•+, l’espèce la plus fugace et oxydante

Pagination : 32-36
Rubrique : Recherche et développement
Mots-clés : Radiolyse pulsée picoseconde, radical cationique H2O•+, cinétique ultrarapide, oxydation, transfert d’électron.
FR | EN

L’installation de la radiolyse impulsionnelle picoseconde du Laboratoire de Chimie Physique d’Orsay.

Les techniques de la chimie sous rayonnement ionisant sont très efficaces pour générer de manière maitrisée des radicaux libres oxydants ou réducteurs dans les solutions aqueuses. La réactivité du radical oxydant OH• a déjà été étudiée vis-à-vis d’un très grand nombre de molécules.

Cependant, son précurseur, le radical cation de l’eau H2O•+, qui dans l’eau donne naissance au radical OH par une réaction de transfert de proton ultrarapide, peut lui-même être engagé dans une réaction compétitive d’oxydation. Faute de choisir les conditions appropriées pour observer cette oxydation, elle aussi ultrarapide, cette chimie qui peut être différente de celle du radical OH n’a pas été explorée jusqu’ici. Grâce à la radiolyse impulsionnelle picoseconde et aux mesures de rendement radicalaire en fin d’impulsion, cette oxydation de façon quantitative dans les solutions concentrées a été mise en évidence.

Cet article souligne l’importance de la réaction d’oxydation par H2O•+ qui peut avoir lieu chaque fois qu’il est formé au contact d’une molécule autre que l’eau.