N° 421 septembre 2017

Joseph Priestley (1733-1804) : esprit universel, expérimentateur innovant, philosophe polémiste

Pagination : 60-61
Rubrique : Histoire de la chimie
Mots-clés : Joseph Priestley, air déphlogistiqué, oxygène, chimie pneumatique, histoire.
FR | EN
Joseph Priestley (1733-1804)

Portrait de Leeds, vers 1763, J. Priesley, Leeds Portrait, Wikimedia Commons.

Si le nom de Joseph Priestley est bien connu en France pour son rôle dans la découverte de l’oxygène en 1774, son oeuvre savante l’est beaucoup moins. Esprit brillant, enseignant très apprécié de langues anciennes et modernes, il a pratiqué les sciences avec passion et originalité.

Ses recherches en électricité lui permirent de se lier à Benjamin Franklin et il s’intéressa à l’optique, mais c’est en chimie pneumatique que le travail accompli a été le plus remarquable. Autodidacte dans ce domaine, il s’initia à la chimie des « airs » entre autres avec les écrits de Hales et de Black, puis suivit sa propre voie.

Outre l’oxygène, il découvrit de nombreux autres gaz qu’il recueillait sur une cuve à eau ou à mercure. Particulièrement ingénieux sur le plan expérimental, il ne sut cependant pas remettre en question la théorie du phlogistique et refusa toute sa vie les idées de Lavoisier et de son école.