N° 355 septembre 2011

L’Actualité Chimique et la société

Page : 1
Rubrique : Éditorial

Une fois n’est pas coutume, on ne trouvera pas d’article de pure recherche en chimie dans ce numéro. Traitant des rapports entre « chimie et société », il intéressera néanmoins tous les chimistes puisque notre communauté se préoccupe plus que d’autres communautés scientifiques de son image auprès des concitoyens ; la permanence de réunions sur ce thème qui n’a jamais quitté la scène depuis plusieurs décennies en témoigne. De la même manière qu’elle s’efforce d’informer les chimistes sur les questions qui les concernent en matière de science pure ou appliquée, sur les évolutions pédagogiques ou sur l’histoire de leur discipline, L’Actualité Chimique doit jouer pour ses lecteurs le rôle de médiateur des réflexions sur la façon dont la chimie est perçue dans notre monde – plus particulièrement en France. Nous avons ainsi invité la Commission « Chimie et Société » de la Fondation de la Maison de la Chimie à concevoir et coordonner ce numéro spécial. Nous les remercions très vivement, et plus particulièrement Andrée Marquet et Bernard Sillion, pour avoir réussi à refléter ici la diversité des réflexions qui se conduisent actuellement, équilibrant les présentations conceptuelles et l’analyse des évolutions pratiques.

Signe du temps, derrière l’étude des relations entre chimie et société, se profile aujourd’hui et toujours plus envahissant le concept de « communication ». Le mot est lâché, qui déclenche si vite malentendus et polémiques qu’on peut s’interroger sur les raisons de ces passions. Serait-ce que la chimie communique mal ? Pourtant, science ou industrie, sa place, objectivement, ne paraît pas si mauvaise ; certes elle doit « se défendre », mais les résultats semblent loin d’être catastrophiques. Il suffit en fait d’un coup d’œil sur (presque) n’importe quel secteur d’activité pour voir que la chimie n’est pas en l’occurrence un cas particulier dans notre XXIe siècle où tout le monde a le mot « communication » à la bouche. C’est que le concept « communiquer » est en évolution rapide : autrefois, c’était « informer » ; maintenant, c’est « faire passer un message » pour « obtenir un résultat », ce qui est autre chose et beaucoup plus difficile. Cela a conduit à l’émergence de métiers véritablement nouveaux et d’une foule de professionnels qui constituent des « services de communication », « agences de communication », jusqu’au coaching individuel si prisé de nos politiques (entre autres). Cette évolution est évidemment génératrice d’une grande complexité : elle fait éclater le concept car, par exemple, pourquoi le chimiste fondamental aurait-il le même message à « faire passer » que l’ingénieur inventeur d’un nouveau produit ou le commercial chargé de le diffuser alors qu’ils n’ont pas les mêmes responsabilités et ne s’adressent pas au même public ?

Préserver l’unité – ou au moins la cohérence – entre les discours de toutes les communautés de chimistes, comme on doit rêver d’y parvenir, n’est pas mince affaire. Il faut pour y réussir entrer dans la compréhension profonde de la façon dont les messages émis sont reçus ; bref, il faut pouvoir disposer de réflexions conceptuelles aussi bien que concrètes, comme celles qui sont abordées dans le présent numéro. Il y a quatre ans, L’Actualité Chimique, consciente de l’importance des considérations abordées ici, a ouvert une chronique « Communication de la chimie » qui s’attachait à explorer différents aspects de la question. Le thème est trop chaud et trop passionnel, trop évolutif également, pour ne pas nécessiter de changements de formule ; cette chronique fera place à une rubrique plus plurielle que les réflexions présentes dans ce numéro spécial aideront judicieusement à concevoir.

Paul Rigny
Rédacteur en chef

Couverture : Réalisation graphique Mag Design, d’après une idée de M.-T. Dinh-Audouin.
Photos : « labo » © mjak/Fotolia.com, « puzzle » © Choucashoot/Fotolia.com,
« médicaments » © Aldan/Fotolia.com, « personnages » © NLshop/Fotolia.com.

La version papier de ce numéro contient en encart la Newsletter EuCheMS de septembre 2011 téléchargeable librement sur le site de la SCF.