N° 245 avril 2001

L’Actualité Chimique nouvelle est arrivée

Page : 2
Rubrique : Éditorial

Ce numéro d’avril de L’Actualité Chimique que vous feuilletez, et que vous allez lire, est le premier d’une nouvelle formule. J’espère tout d’abord que vous aimez sa présentation résolument plus moderne que la précédente. Nous avons pu réaliser cette nouvelle maquette grâce à l’accord que la Société Française de Chimie a passé avec Edition Diffusion Presse Sciences que nous connaissons mieux par son sigle EDPS. Cette société d’édition réputée pour ses collections de physique, d’astronomie et de mathématique, a souhaité s’ouvrir davantage vers la chimie et assurera désormais la production et la diffusion de L’Actualité Chimique.

Il faudrait pas croire que l’objectif de cet accord se limite à l’amélioration de la présentation de la revue. Notre ambition est plus large, et nous voulons augmenter l’audience du journal en appliquant une politique rédactionnelle plus orientée vers des communautés comme celle des matériaux ou celle de la biochimie, ou celle des sciences analytiques pour lesquelles la chimie joue un rôle important, certes, mais n’est pas la discipline unique.

Nous nous engageons avec EDPS dans un véritable partenariat qui se manifeste par une équipe rédactionnelle commune puisque Séverine Bléneau a été engagée par EDPS pour assurer les fonctions de rédactrice en chef adjointe.

Nous ne perdons pas de vue que le lectorat actuel du journal est constitué par les membres de la SFC et que ces lecteurs sont sensibles à l’information sur la vie de la Société qui continuera, bien entendu, à alimenter nos colonnes. Donc pas d’inquiétude sur ce point, mais nous nous efforcerons de ne pas être que « l’organe central du parti ».

Parcourons brièvement ce numéro :

Nous devons à Pierre Vermeulin l’idée tout d’abord, puis la coordination, d’un chier qui traite de la chimie au Vietnam. Cette contribution est importante et si l’on veut soutenir un francophonie scientifique efficace, il faudra renouveler cette action avec d’autres pays et, surtout, rechercher des auteurs étrangers francophones pour des publications plus fréquentes.

Peut-on envisager des synthèses organiques en provoquant des réactions dans l’empreinte moléculaire d’une molécule cible ? L’état des connaissances fait l’objet d’un article de K. Haupt et A. Fradet et cette approche biomimétique est traitée d’une manière très complète, sur d’autres sujets dans le dernier et passionnant ouvrage de la collection de L’Observatoire Français des Techniques Avancées : Biomimétisme et Matériaux (Arago 25), dont je rendrai compte en détail dans le prochain numéro.

En recherche, nous ouvrons une nouvelle rubrique « communications » : il s’agit d’offrir aux auteurs la possibilité de présenter dans une courte note des résultats qui ne feront pas l’objet d’autres développements, mais qui méritent d’être portés à la connaissance de la communauté.

En ce qui concerne l’enseignement, une enquête commence, animée par N. Leray et S. Bléneau, sur les filières de la chimie dans l’enseignement supérieur.

J’entendais ce matin sur France Culture (le 7 mars de 7 h à 8 h), au cours de l’émission de Pierre Assouline, une critique de J.M. Levy Leblond portant sur le manque de culture des scientifiques qui ignoreraient (entre autres choses) l’histoire des sciences. Cette critique est un encouragement, s’il en était besoin, à poursuivre la publication des articles portant sur l’histoire de la chimie et ce mois-ce, il sera question de Justus Liebig.

Je me réjouis que la nouvelle version de L’Actualité Chimique soit enrichie d’une tribune libre qui est une réflexion de P. Braunstein sur l’organisation des colloques.

D’une manière générale, les tribunes libres sont source de débats et rendent un journal plus vivant. Chers lecteurs, puissiez-vous continuer…

Ah, j’oubliais ! Le premier numéro de L’Actualité Chimique nouvelle formule sort en avril… Mais c’est sérieux !

Bernard Sillion
Rédacteur en Chef