N° 312-313 octobre-novembre 2007

L’Actualité Chimique : une priorité de la SFC

Page : 1
Rubrique : Éditorial

Nous sommes heureux d’offrir à nos lecteurs ce très beau numéro thématique, « Chimie et patrimoine culturel », dont nous remercions tous les auteurs. Construit grâce à la profonde implication des laboratoires du Ministère de la Culture – le Laboratoire du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) et le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH) –, chargés de missions officielles sur les monuments et œuvres d’art, et avec la participation des laboratoires du monde de la recherche, ce numéro doit beaucoup à l’efficace coordination de Jean-Claude Mialocq. Il illustre à merveille les objectifs des scientifiques en la matière et les magnifiques résultats qu’ils obtiennent. Il illustre aussi la puissance de la chimie, comme science et comme technique, dans un domaine où les contestataires de notre discipline ne portent pas leurs critiques : les pro et les anti-chimie enfin d’accord ?

En ce mois de novembre, la Société Française de Chimie élit son nouveau président, et nous choisissons ce moment stratégique pour demander au professeur Armand Lattes, qui la présidait depuis 2003, son point de vue expérimenté sur notre revue. Nous lui passons maintenant la plume :
Le dossier détachable de L’Actualité Chimique de juillet 2007 (écrit par Marika Blondel-Mégrelis) rappelle l’histoire déjà complexe des 150 années d’existence de la Société Française de Chimie (sous ce nom ou sous ses noms précédents). Depuis les origines, la publication est l’une des tâches majeures de la Société : publication de résultats scientifiques d’un côté, publication de la vie de la Société d’un autre. Les changements si considérables intervenus sur l’information écrite ont eu leurs reflets dans la Société. À une période récente (dans les années 1990), la SFC a cédé ses revues primaires – les célèbres Bulletins de la Société Chimique et le Journal de Chimie Physique – à des entreprises éditoriales européennes. Certes, elle a des participations importantes dans ces entreprises, mais n’intervient plus directement dans la politique éditoriale correspondante.
Le besoin d’informer les membres sur les nouvelles internes (activités et réunions des membres), au moyen d’un bulletin de liaison, s’est lui aussi transformé – à la SFC comme dans les autres sociétés savantes. Il est maintenant rempli par un site Internet actif et le bulletin électronique SFC Info en ligne, efficacement animés par Marie-Claude Vitorge.
L’Actualité Chimique est donc devenue la seule publication directe de la SFC. Nécessairement plurivalente, elle publie des nouvelles de la vie de la Société, ainsi que des informations scientifiques qui font l’actualité, en conformité avec sa dénomination (rubriques « Actualités de la SFC », « À propos de », « En bref »).
Mais, revue qui veut rester scientifique, sa mission principale est de diffuser auprès de ses lecteurs les résultats scientifiques de la communauté des chimistes – surtout des chimistes français –, présentés de façon accessible. Très différenciée dans ses multiples aspects, en interface étroite avec des domaines scientifiques très divers eux-mêmes et en très forte évolution, notre discipline, comme d’autres aujourd’hui, est devenue difficilement maîtrisable par tous ses adeptes. Pourtant, il nous faut en préserver la cohérence scientifique, qui s’enrichit des interactions entre ces sous-disciplines : c’est cette mission que L’Actualité Chimique a en charge. Mission difficile car, émanation directe de nos chercheurs, elle ne veut – ni d’ailleurs ne pourrait, compte tenu des contraintes financières – se transformer en une revue de journalistes scientifiques.
Devenue très attrayante avec la maquette que Bernard Sillion a mise en œuvre en 2000 puis améliorée en 2002, notre revue doit continuer sans relâche à demander à ses auteurs des efforts de simplicité de rédaction et de sélection d’illustrations esthétiques, même s’ils craignent parfois – scrupules excessifs – que ces dernières ne les éloignent de la rigueur scientifique. C’est – c’est ma conviction – cette orientation qu’il faut encourager pour L’Actualité Chimique dans les années qui viennent : lui permettre d’intéresser le plus grand nombre de lecteurs à la chimie ou à ses disciplines connexes, à la fois dans les rubriques générales sur la vie de la chimie française et dans les rubriques scientifiques. Pour cela, il faut lui donner les moyens d’aider toujours plus ses « chercheurs-auteurs », qui ont la tâche difficile de communiquer sur les sciences chimiques en étant à la fois scientifiquement à la pointe et accessibles.
La réussite et l’épanouissement de L’Actualité Chimique apparaissent aujourd’hui comme le devoir prioritaire de la SFC. .

Armand Lattes, Président de la SFC, et Paul Rigny, Rédacteur en chef

Couverture

Collier or et émeraude de la collection Campana du musée du Louvre analysé au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF).
Le collier devant AGLAÉ (Accélérateur Grand Louvre d’Analyse Élémentaire) et une radiographie.
© C2RMF/Maria Folimena Guerra et Thierry Borel pour la radiographie.