N° 444-445 octobre-novembre 2019

L’origine des couleurs dans les premières photographies couleur d’Edmond Becquerel

Pagination : 35-37
Sous-thème : Stabilité des pigments
Mots-clés : Photographie couleur, image photochromatique, Edmond Becquerel, microscopie électronique, plasmons.
FR | EN

Edmond Becquerel, Spectres solaires, 1848, images photochromatiques, musée Nicéphore Niépce, Chalon-sur-Saône. Ces deux reproductions de spectres solaires ont été obtenues sur deux plaques sensibles préparées par électrochimie : celle du haut n’a pas subi d’étape de pré-exposition aux rayons infrarouges, contrairement à celle du bas comme décrit dans le cartouche.

L’image photochromatique produite par Edmond Becquerel en 1848 constitue la première photographie couleur. Depuis lors, l’origine des couleurs de ces images n’a cessé d’interroger photographes et chercheurs et a été sujet à controverse, les scientifiques du XIXe siècle s’opposant sur sa nature pigmentaire ou interférentielle.

Peu d’études expérimentales ont essayé de trancher la question. Une hypothèse plasmonique, s’appuyant sur les résultats d’expériences de spectroscopie et de microscopie électronique, est proposée dans cet article pour expliquer l’origine des couleurs de ces images photochromatiques.