N° 435 décembre 2018

La conversion de l’énergie mise sur la nanostructuration et les nanocomposites

Pagination : 26-30
Rubrique : Recherche et développement
Sous-rubrique : Médaillés 2017 du CNRS
Mots-clés : Piles à combustible, membrane échangeuse de protons, membranes ionomères, électrocatalyse, réduction de l’oxygène, films minces, nanoparticules, nanostructuration, nanofibres, électrofilage.
FR | EN
© Image de G. Ercolano et F. Farina, DR

Image obtenue par microscopie électronique à balayage d’une électrode autosupportée à base de fibres de carbone densifiées par des nanotubes de carbone à leur surface.

Les piles à combustible à membrane échangeuse de protons sont des dispositifs de conversion de l’énergie appelés à jouer un rôle de plus en plus important dans le contexte de la transition énergétique. Pour rendre plus compétitive cette technologie, il est essentiel d’améliorer les performances et la stabilité des matériaux au cœur de ces dispositifs.

Cet article présente un aperçu des avancées et défis à relever concernant les membranes ionomères et les électrocatalyseurs, en insistant sur le rôle du contrôle des interfaces dans la nanostructuration et les propriétés des matériaux nanocomposites.

Sara Cavaliere a reçu la Médaille de bronze du CNRS en 2017.