N° 337 janvier 2010

La voiture électrique : virage ou mirage ?

Pagination : 3-5
Rubrique : Chroniques
Sous-rubrique : Polémiques

Le salon de l’auto à Francfort en septembre, suivi du salon Equip-Auto à Villepinte en octobre, ont mis les pleins feux de l’actualité sur le véhicule électrique (VE). Conversion et enthousiasme de néo-convertis ou méthode Coué pour concrétiser une innovation majeure capable de relancer l’industrie automobile ? Renault prépare toute une gamme de VE pour 2010-2012, et PSA n’est pas en reste : les constructeurs français annoncent dans un élan « écolectronique » entre 5 et 10 % du marché en 2020. Les constructeurs allemands sont plus réservés et tablent sur 1 à 1,5 % du marché à cette même échéance.

Parallèlement, les gouvernements et l’Europe encouragent les investissements importants qui seront nécessaires, à la fois pour industrialiser les modèles, fabriquer les moteurs électriques et l’informatique de commande, et produire les batteries de stockage de l’énergie en grande série. C’est plusieurs milliards d’euros qui sont en jeu pour les majors du secteur : Renault-Nissan, PSA, mais aussi Bolloré-Dassault, Batscap-Avestor, SAFT-Johnson Controls... pour développer en France un nouveau secteur industriel de qualité, avec à la clé des milliers d’emplois en cas de réussite.