N° 345 octobre 2010

Le cycle du combustible nucléaire : de la mine d’uranium jusqu’au recyclage et aux déchets

Pagination : I-XII
Rubrique : Le dossier
Mots-clés : Séparation isotopique, retraitement, combustible nucléaire, déchets radioactifs, uranium.
FR | EN
© AREVA

Zeunérite et lavendulanite.

La matière fissile, en l’occurrence l’uranium, telle qu’on la trouve dans les sols est bien loin de pouvoir se prêter aux réactions nucléaires en chaîne qui permettent d’en extraire l’énergie. Il faut l’isoler, lui faire subir les transformations chimiques qui en permettent son enrichissement isotopique en uranium 235, le transformer à nouveau – chimiquement et physiquement – pour en faire le combustible fourni au réacteur.

Après combustion, mélange de dizaines de radioéléments, il faut le retraiter pour récupérer la matière fissile qu’il contient encore. Le reste, ce sont les fameux « déchets », à conditionner pour se prémunir de leur radioactivité. Ces opérations, nombreuses et complexes, nécessitent des travaux de recherche pour être définies et des développements industriels importants. Tout ceci constitue le « cycle du combustible nucléaire », décrit et analysé dans cet article.

La gestion des déchets, phase finale du cycle du combustible nucléaire, fait l’objet d’un autre dossier : Rigny P., Bonin B., Gras J.-M., Les déchets nucléaire et leur gestion, 346, p. I-XII.