N° 444-445 octobre-novembre 2019

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, une solution d’intérêt pour la prévention et le traitement du cancer, surtout les cancers colorectaux

Pagination : 80-84
Rubrique : Recherche et développement
Sous-rubrique : Principes et substances actifs
Mots-clés : Anti-inflammatoires non stéroïdiens, cyclooxygénases, cancer colorectal, prévention, traitement.
FR | EN

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont des médicaments couramment utilisés pour leurs propriétés analgésiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires. Certaines de ces molécules possèdent également des propriétés antithrombotiques bénéfiques dans la prévention secondaire de risques cardiovasculaires et des propriétés anticancéreuses.

De nombreuses études expérimentales, épidémiologiques et cliniques suggèrent que les AINS, en particulier les inhibiteurs sélectifs de la cyclooxygénase-2 (COX-2), sont prometteurs en tant qu’agents anticancéreux. Ils ont démontré expérimentalement le potentiel de stimuler l’apoptose et d’inhiber l’angiogenèse et contribuent ainsi à supprimer la transformation maligne et la croissance tumorale.

En outre, des études épidémiologiques ont montré que l’utilisation à long terme des AINS est associée à un risque plus faible de cancer colorectal et, dans certaines mesures, d’autres cancers, d’où l’examen de leur utilisation en tant qu’agents chiomioprophylactiques.

La reconnaissance de leur efficacité est une étape importante vers l’obtention de leur validation par les organismes de santé et leur utilisation en clinique. De véritables protocoles de prise en charge devront être mis en place et plusieurs paramètres tels que le réglage de la dose, la durée du traitement, l’utilisation en co-thérapie et les critères de sélection des candidats restent à étudier. C’est dans cette démarche que cet article s’articule en s’appuyant sur des études expérimentales.