N° 440 mai 2019

Les biomarqueurs de l’intoxication par l’ypérite

Pagination : 19-22
Sous-thème : Détection - Identification
Mots-clés : Ypérite, menace chimique, glutathion, protéines, ADN, métabolomique.
FR | EN

Structures chimiques de l’ypérite et de sa forme intermédiaire réactive épisulfonium issue d’une cyclisation intramoléculaire.

L’ypérite est un toxique de guerre endommageant les yeux, les poumons et la peau. Dans cette dernière, elle induit de graves brûlures qui la classent parmi les agents vésicants. Très réactive, elle possède des capacités d’alkylation de nombreuses biomolécules.

Les produits qui en dérivent peuvent être utilisés, principalement en employant des méthodes de chimie analytique, comme biomarqueurs d’exposition ou d’effet. L’ypérite perturbe également fortement le métabolisme et l’induction de protéines. Ces réponses sont utilisables pour mettre en évidence des effets à plus long terme.