N° 444-445 octobre-novembre 2019

Les cellules photovoltaïques hybrides à la conquête du bâtiment

Pagination : 68-73
Rubrique : Recherche et développement
Sous-rubrique : Prix 2018 de l’interdivision Énergie
Mots-clés : Cellules solaires, colorants organiques, matériaux moléculaires, photovoltaïque, photosensibilisateurs, énergie, bâtiment.
FR | EN

Structure du colorant YKP88 et mini-module de 23 cm2 conçu par la société Solaronix développant une puissance de 122 mW sous irradiation standard.

Parmi les technologies solaires de dernière génération, les cellules sensibilisées à colorants ont entamé ces dernières années leur transfert industriel. Grâce à l’amélioration de leurs performances photovoltaïques, leur stabilité et leur qualité esthétique, ces cellules qui peuvent être opaques ou semi-transparentes et colorées pourraient jouer un rôle important dans les bâtiments du futur en devenant de véritables éléments architecturaux.

Cet article se focalise sur quelques résultats récents obtenus au laboratoire SyMMES (CEA-CNRS-UGA) à Grenoble et porte sur le développement de différentes séries de photosensibilisateurs purement organiques spécifiquement conçus pour des applications dans ces dispositifs photovoltaïques.

Il aborde également les travaux menés en partenariat avec la société suisse Solaronix qui ont conduit à la fabrication de modules semi-transparents, certains de grande surface servant à la réalisation de la première façade photovoltaïque multicolore réalisée avec cette technologie.

Renaud Demadrille a reçu le prix Innovation Chimie & Énergie 2018 de l’interdivision Énergie de la Société Chimique de France.