N° 418-419 mai-juin 2017

Les moteurs moléculaires

Pagination : 17-24
Sous-thème : Nanosystèmes
Mots-clés : Miniaturisation ultime, machines moléculaires, moteur moléculaire, travail exploitable.
FR | EN

Rotation horaire (à gauche) ou antihoraire (à droite) du moteur selon que la pointe du STM est placée au-dessus du tolyle ou au-dessus du ferrocène.

Cet article place le domaine de recherche sur les moteurs moléculaires dans une perspective historique. Depuis l’Antiquité, les hommes ont toujours eu à coeur de miniaturiser les dispositifs ou les machines qu’ils utilisaient par souci d’économie de matière ou de facilité de transport.

Depuis une vingtaine d’années, les chimistes ont ouvert une nouvelle voie : construire des machines par une approche ascendante afin d’avoir des dispositifs moléculaires de quelques nanomètres.

Prenant exemple sur les moteurs rotatifs, trois approches par type de source d’énergie (chimique, lumineuse et électrique) ont été développées et certaines applications à l’échelle macroscopique sont présentées.