N° 443 septembre 2019

Les multiples visages de la chimie

Page : 1
Rubrique : Éditorial

Après des vacances reposantes, stimulantes, ce numéro et ses auteurs nous rappellent l’omniprésence de la chimie et la fabuleuse créativité des chercheurs.

Surprenante et légitime montée en puissance
Le passionnant dossier sur la RPE, la résonance paramagnétique électronique, nous ramène à l’électron, le spin, les matériaux, le vivant ; mais qui aurait parié lors de l’apparition des premiers appareils que nous allions les voir proliférer dans des laboratoires et investir des champs de recherche et des applications aussi diversifiées et parfois inattendues que sont les protéines, le diagnostic des victimes d’irradiation, l’exobiologie et la cosmochimie… ? Cette conquête de la RPE est d’autant plus surprenante que, pendant quelques années, elle semblait endormie.

Jeunes chimistes engagés
Les jeunes chimistes ont brillé aux Journées méditerranéennes et lors du congrès mondial IUPAC à Paris, révélant ainsi leur passion et leur engagement. Parier sur les jeunes, c’est préparer un avenir pour la société et la planète, comme le montre le premier Prix Potier des lycéens.

Chimie créatrice
La nouvelle rubrique « Principes et substances actifs » nous rappelle que cette science qui nous est chère ne cesse d’apporter des solutions en pharmacie et phytopharmacie. L’article d’histoire est lui aussi un témoin a posteriori des conquêtes.

Ce numéro de la rentrée vous apporte, au cas où vous en auriez besoin, de multiples arguments pour répondre aux détracteurs de la chimie : la rubrique étymologique sur le gluten permet un clin d’œil aux publicités « sans gluten » et la fiche « Un point sur », avec des moules à la rescousse des sondes biologiques, évoque non seulement la créativité des chimistes mais nous rappelle, s’il le fallait, que la chimie est au cœur de notre écosystème et alimente les progrès de l’humanité.

Patricia Pineau
Rédactrice en chef

Couverture

Annalisa PIERRO s’est inspirée de l’observation de la communauté RPE dans laquelle elle est entrée depuis peu en tant que doctorante en première année au laboratoire Bioénergétique et Ingénierie des Protéines (BIP, UMR 7281 CNRS/Aix-Marseille Université).
Cette communauté lui évoque un ensemble d’abeilles, chacune engagée dans la création et la consolidation de sa propre alvéole, avec parfois des résultats inattendus. Elles travaillent toutes en silence, de manière synchrone, afin de bâtir une ruche à la fois solide, polyvalente et fantaisiste !