N° 444-445 octobre-novembre 2019

Les pigments et les colorants : on en parle ?

Pagination : 13-15
Sous-thème : Introduction

Détail du tableau Paysage avec les funérailles de Phocion de Nicolas Poussin, 1648, National Museum Cardiff.

L’histoire de l’acquisition des pigments utiles pour les arts oscilla longtemps entre l’exploitation de ressources naturelles et la synthèse de substances nouvelles permise par l’évolution des connaissances et des technologies, ainsi que par l’accès à de nouvelles matières premières, par exemple la cochenille. Les nouvelles couleurs n’apparaissaient que très progressivement. Après cette phase d’évolution très lente des pratiques artistiques, la chimie a inventé, à partir du début du XVIIIe siècle, un si grand nombre de pigments que les artistes ont commencé à entrevoir des difficultés techniques inattendues lors de leur mise en œuvre.

Ce dossier rassemble quelques aspects nouveaux des recherches sur les pigments. Il montre aussi que la mise en œuvre de méthodes d’analyse chimique et la définition de modèles théoriques permettent de mieux appréhender l’origine de la stabilité – ou de la dégradation – des pigments, aident à la conservation d’œuvres patrimoniales comme des photographies ou conduisent à fabriquer les couleurs de demain.

Pigment ou colorant ?

Un pigment est un matériau insoluble dans le milieu dans lequel on le disperse, par opposition au colorant, soluble dans le milieu dans lequel il est dispersé.