N° 352 mai 2011

Marie Skłodowska Curie : le polonium, le radium et la radiochimie

Pagination : V-XII
Rubrique : Le dossier
Mots-clés : Marie Curie, prix Nobel chimie 1911, centenaire, célébration, polonium, radium, radiochimie.
© Musée Curie.

Marie Curie lors du premier congrès Solvay qui réunissait les plus grands savants sur le thème de « la théorie des rayonnements et des quantas » en 1911.

L’aura de Marie Curie, femme d’exception à plusieurs titres, s’est perpétuée sans faiblir depuis le début du XXe siècle. Au-delà de tout ce qui l’a élevée au rang de célébrité, les scientifiques retiennent surtout qu’elle est la première femme à avoir pleinement participé à la fondation de la science moderne, dans un contexte qui en a fait aussi la première femme symbole de l’égalité des sexes en science.

On pourrait associer le qualificatif de « première femme » ou de « seule femme » à de nombreuses distinctions qu’a reçues Marie Curie, d’honneurs et d’hommages solennels rendus par la société aux illustres personnalités. Elle a été couronnée par deux prix Nobel : celui de physique en 1903, avec Pierre Curie et Henri Becquerel – elle avait 36 ans – et celui de chimie en 1911, respectivement pour son travail sur la radioactivité naturelle et les découvertes de deux éléments chimiques, le polonium (Po) et le radium (Ra), qui existaient sur Terre depuis les temps géologiques.