N° 443 septembre 2019

Matériaux multiferroïques : le Graal des nanotechnologies

Pagination : 40-44
Rubrique : Le dossier
Mots-clés : Ferroélectricité, ferroélasticité, ferromagnétisme, mémoire multiferroïque, spectroscopie RPE.
FR | EN
Structure cristalline du DMZF.

Les ligands formates connectent les ions Zn2+ entre eux formant une cage où se place le cation DMA+. Ce dernier possède trois positions équivalentes représentées par les trois azotes.

En quête de miniaturisation, rapidité et faible consommation électrique, les nanotechnologies se réinventent constamment autour de nouveaux matériaux. Cet article présente une classe de matériaux hybrides appelés « multiferroïques » qui ont comme particularité d’intriquer à l’échelle atomique plusieurs propriétés physiques (électrique, magnétique, élastique).

Il montre en particulier que la résonance paramagnétique électronique (RPE) permet de comprendre pourquoi ces propriétés peuvent exister dans les matériaux organiques ou métalloorganiques qui sont bien moins polluants que leurs homologues inorganiques mais présents en masse dans l’industrie.