N° 348-349 janvier-février 2011

Matériaux poreux, stockage et libération de médicaments antitumoraux et antiviraux

Pagination : 58-63
Sous-thème : Nouvelles méthodes de synthèse, nouvelles molécules, nouveaux objets solides
Mots-clés : Nanoparticules, matériaux hybrides, libération contrôlée de médicaments, imagerie.
FR | EN
Aspect d’un liposome, d’une micelle, et par comparaison d’un solide hybride poreux.

S’agissant des liposomes et des micelles, les figures ne représentent qu’une seule vésicule, mais les agrégats réels ont des dimensions d’environ 100 nm pour les liposomes et de 30 à 50 nm pour les micelles.

La libération efficace de médicaments dans l’organisme requiert l’usage de nanovecteurs non toxiques. Les matériaux actuels montrent des capacités de stockage faibles et des libérations trop rapides pour la plupart des principes actifs d’intérêt thérapeutique. Les nouveaux solides poreux hybrides, grâce à la diversité de leurs structures et de leurs porosités, présentent une alternative crédible à l’existant.

Cet article souligne les performances très attractives de carboxylates de fer(III) non toxiques dans ce domaine pour encapsuler puis libérer de manière progressive des médicaments contre le cancer (antitumoraux) et le sida (antirétroviraux). Actifs en imagerie médicale, ils associent dans de bonnes conditions thérapie et diagnostic et ouvrent la voie à un traitement personnalisé des patients : la théranostique.