N° 406 avril 2016

Nouvelles technologies et risques d’eugénisme ?

Pagination : 5-10
Rubrique : À propos de
Mots-clés : Eugénisme, biologie de synthèse, acide artémisinique, hydrocortisone, microfluidique, CRISPR/Cas9, embryons humains.
FR | EN
© JRB-Fotolia.com

La révolution du numérique avec les objets connectés, celle des nanoparticules, celle des nouvelles technologies comme la biologie de synthèse et l’édition du génome, grandement facilitée par la nouvelle technique CRISPR/Cas9, sont autant de bouleversements dans le domaine de la santé. La biologie de synthèse a déjà permis d’accéder à des composés thérapeutiques jusque-là difficiles d’accès comme l’acide artémisinique et l’hydrocortisone. De son côté, la technique révolutionnaire CRISPR/Cas9, qui permet de modifier facilement le génome, offre des perspectives séduisantes comme alternative à la thérapie génique dans certaines pathologies.

Toutefois considérée comme boite de Pandore par certains, elle a déjà fait l’objet d’expérimentations sur l’embryon humain, de sorte que la communauté scientifique appelle à la plus grande vigilance sur l’usage que l’on en fera. En effet, une telle ingénierie appliquée à l’embryon humain conduirait à des modifications héréditaires. La tentation serait grande de vouloir créer un surhomme, que certains appellent « l’homme augmenté », rejoignant en cela les théories eugénistes du XXe siècle.