N° 358 décembre 2011

Plaidoyer pour une recherche exploratoire

Page : 3
Rubrique : Chroniques

« Ce n’est pas en améliorant la bougie qu’on a découvert l’électricité ». Telle était l’introduction d’une action de formation nationale du CNRS sur la nécessité d’une recherche exploratoire de nouvelles phases et d’édifices nouveaux, qui a réuni à Bordeaux les 5 et 6 octobre dernier plus d’une centaine de chercheurs universitaires et CNRS avec quelques témoins industriels.

Même si cette phrase vise mieux la recherche et l’innovation incrémentale opposée à la recherche et l’innovation de rupture, elle reste emblématique d’une opinion de plus en plus audible de la part des chimistes et physiciens du solide, à savoir : comment réserver une plage et une place à une recherche libre, poumon d’air frais dans le cadre tyrannique d’une recherche de plus en plus encadrée par des programmes eux-mêmes enchaînés à des mots-clés rengaines.