N° 342-343 juin-juillet-août 2010

Profilage des impuretés de l’amphétamine

Pagination : 37-44
Sous-thème : Recherche et dépistage de produits stupéfiants
Mots-clés : Profilage, amphétamine, stimulants de type amphétamine, impuretés, lot, base de données, police scientifique, sciences forensiques.
FR | EN

Les principales phényléthylamines.

L’amphétamine est une drogue de synthèse produite et consommée en Europe. Pour contribuer à la lutte contre son trafic et sa production, certains laboratoires de police scientifique appliquent une méthodologie appelée profilage qui permet d’établir des liens entre différentes saisies. Une telle information peut se révéler éclairante pour les services opérationnels et sous-tendre le démantèlement de réseaux de trafic de stupéfiants.

Des laboratoires européens ont établi un partenariat pour mettre au point une méthode d’analyse harmonisée permettant d’alimenter une base de données à l’échelle européenne et ainsi de lutter contre le trafic au niveau supranational. En France, seul l’Institut National de Police Scientifique (INPS) est membre de ce réseau.

La méthode consiste en l’extraction liquide-liquide d’impuretés de fabrication, suivie d’une analyse par chromatographie en phase gazeuse couplée à un spectromètre de masse. Les profils d’impuretés (abondance de chaque composé cible), qui constituent de véritables signatures chimiques de chaque lot de production, sont ensuite inscrits dans une base de données commune et comparés entre eux pour établir des rapprochements.

Cet article présente le principe du profilage et revient sur les différentes étapes qui furent nécessaires au développement de la méthode européenne harmonisée de profilage de l’amphétamine.