N° 265 avril-mai 2003

Quoi de neuf en chimie organique ?

Page : 1
Rubrique : Éditorial
Mots-clés : CNRS, SF2M, chimie organique.

Ce numéro s’inscrit dans la série des documents que nous consacrons à l’évolution des grandes disciplines de la chimie. Cette idée est née, rappelons-le, après l’attribution du prix Nobel à Ahmed Zewail pour ses travaux sur la femtochimie. Le numéro consacré à cette discipline, coordonné par Yann Gauduel, avait montré l’intérêt de faire régulièrement le point sur un domaine. Depuis sont parus « La chimie enzymatique » et « Quoi de neuf en catalyse ? ». Les échos que nous avons au Comité de rédaction confirment l’intérêt des lecteurs pour de tels documents.

Discerner les grands apports en chimie organique n’est pas chose facile : comment définir les contours de cette discipline dont Pierre Potier dit qu’elle est aux autres disciplines de la chimie et des sciences du vivant ce que le solfège est à la musique, c’est-à-dire une science incontournable ?

Jacques Goré et Max Malacria ont bien voulu se charger de coordonner ce difficile projet, difficile car il faut faire un choix, tant il est certain que traiter le domaine de manière exhaustive est impossible. La lecture de cet ensemble montre comment la chimie améliore ses outils avec les rubriques sur la synthèse organométallique, les réactions de cyclisation et les travaux sur l’énantiopureté. On voit aussi certaines orientations que prennent les recherches vers une « chimie verte ». Ici, ce n’est pas une propriété mais les voies que l’on cherche, mais les voies et les moyens pour diminuer les rejets qui pénalisent l’industrie chimique. Enfin, et c’est sans doute là que la chimie apparaît sous son aspect le pus sympathique aux yeux du public, on nous montre une chimie qui crée des propriétés d’usage dans le domaine des médicaments bien sûr, mais aussi dans celui des nouveaux matériaux. Ainsi, les derniers articles complètent le numéro spécial de mars 2002 publié avec le CNRS et la SF2M qui traitait de l’évolution des matériaux.

Quels seront les futurs axes de recherche et les développements de la chimie organique ?
Une réflexion prospective pour un domaine aussi vaste n’est pas simple. Les articles qui traitent du sujet mettent l’accent sur la nécessité d’une stratégie basée sur la simplification et les économies dans une vision de chimie durable ; et pour ce qui touche à la chimie des médicaments, analyse de la stratégie du contrôle des interactions entre petites molécules et protéines cibles est fascinante. Une réflexion de même nature montrera que la chimie organique interviendra aussi de plus en plus dans l’élaboration et le contrôle des propriétés des matériaux, et peut-être la lecture de ce numéro incitera les différentes communautés qui constituent la Société Française de Chimie à multiplier les rencontres pluridisciplinaires…

En attendant, « Synthèse organique : aspects récents et perspectives » complète à merveille la collection des numéros spéciaux de L’Actualité Chimique. Sa présentation avec une importante contribution en anglais d’auteurs étrangers est-il l’indice d’une européanisation du journal ? Le débat est ouvert.

La rédaction remercie les deux coordonnateurs, et le CNRS qui a largement contribué à cette publication.

Bernard Sillion
Rédacteur en Chef

Couverture

Illustration de Marine Couderc, incluant le fullerène C60 transmis par C. Thielgen et F. Diederich, DR.
© Marine Couderc.