N° 198 décembre 1996

Résonance magnétique mulltinucléaire : un outil d’analyse structurale en chimie de coordination

Page : 102
Rubrique : Méthodes d'étude
Sous-thème : Méthodes d'étude
Mots-clés : RMN, quadripolaire, anisotropie de déplacement chimique, couplage spin spin, découplage de spin
FR | EN

Structure simplifiée et spectre RMN 119Sn de la molécule « tambour », hautement symétrique [RSn(O)O2CR’] : les satellites A et B sont dus aux couplages hétéronucléaires entre les noyaux non équivalents 119Sn et 117Sn.

Les conditions optimales pour l’observation de RMN des noyaux différents du proton et du carbone 13 sont examinées selon la réceptivité et les facteurs qui régissent les processus de relaxation.

Une attention particulière est accordée aux métaux de transition : pour ces noyaux, les mécanismes de relaxation dominants sont, selon leur spin, la relaxation quadripolaire (I > 1/2) ou la relaxation par anisotropie de déplacement chimique (I = 1/2).

Les noyaux lourds, qui présentent une grande échelle des déplacements chimiques et de grandes constantes de couplage spin-spin, sont également discutés.