Autres ouvrages

Le βeau livre de la chimie - De la poudre à canon aux nanotubes de carbone

D.B. Lowe
529 p., 29 €
Dunod, 2016

Mes chers amis et amies de la Rédaction de L’Actualité Chimique m’ont fait un magnifique cadeau de Noël en me proposant de procéder à la recension de ce très βeau (ceci n’est pas une faute de frappe) livre format 180 x 210 mm, qui est bien loin d’être « bêta » : c’est en effet l’alpha et l’oméga de l’histoire de la chimie qu’il nous propose en 250 dates clés, couvrant de - 5 000 siècles avant J.-C. à nos jours, plus un brin d’anticipation sur la transition énergétique jusqu’à 2030. Je précise que la résolution temporelle s’accroit fortement entre le XIXe siècle et nos jours, avec l’avènement de la science chimique. Pour chaque date une découverte, un fait marquant pour l’humanité issu de la chimie, et deux pages : un texte clair et concis à gauche, une image frappante à droite. La table des matières initiale renvoie aux dates et aux pages, la section « notes et bibliographie » fournit pour chacun des sujets des références ou liens Internet à qui voudrait approfondir, et in fine un index permet de retrouver rapidement noms, substances et mots-clés.

Le choix fait par l’auteur de ces 250 bornes milliaires est très éclectique : il célèbre aussi bien l’invention de l’Erlenmeyer, de l’extracteur Dean-Starck et du spectromètre de masse que la découverte du mécanisme de la métathèse, ou celle des quasi-cristaux (les connaisseurs français apprécieront tout particulièrement cette illustration là) ; il couvre tous les champs de la matière, de l’inerte au vivant, de la métallurgie aux biomolécules, toutes les applications qui ont changé notre vie quotidienne, des polymères à la santé, en passant par l’énergie et l’agrochimie. Il montre enfin qu’il n’y a pas de chimies nationales, mais une œuvre collective de l’humanité, riche de sa diversité culturelle, mais reliée par la vérité scientifique. S’il donne à voir les meilleures, il ne masque en rien les pires productions de l’apprenti sorcier : poisons et toxiques, explosifs, guerre chimique, effet de serre additionnel… Cet amour de la chimie n’est pas aveugle, cet enthousiasme invite à la lucidité, comme il se doit en science si elle n’est pas ruine de l’âme…

L’auteur amoureux qui nous livre ainsi, non pas un autre dictionnaire, mais plutôt un « handbook » à sa façon, travaille dans l’industrie pharmaceutique et tient depuis 2002 un blog bien connu aux États-Unis (« In the pipeline »). Son traducteur, Paul Depovere, professeur émérite à l’UCL Louvain et à l’Université Laval, a lui aussi fait un très beau travail, quoique les chimistes vraiment francophones que nous sommes à la SCF tiqueront sans doute à certains termes : « réactionnel », « réactant », quand nous disons « réactif » pour les deux concepts. Mais peut-être est-ce là un sage parti pris de précision (je n’ai pas vérifié si l’IUPAC a déjà entériné). Quoiqu’il en soit, version américaine et version française ont été publiées toutes deux en 2016, et donc chapeau pour le court délai.

Réservez d’urgence 36 mm dans votre bibliothèque, même si elle est sans doute aussi « surbookée » que la mienne, pour ce plaisir gourmand, et offrez-le aussi sans modération à vos proches de 7 à 77 ans (voire plus), qui en tireront enfin une autre image de la chimie (250 même). En vente aussi dans les bonnes maisons de Nature et Découverte.

Hervé Toulhoat