N° 251 novembre 2001

Toulouse

Page : 2
Rubrique : Éditorial

Devant l’ampleur de la catastrophe de Toulouse, les chimistes partagent l’émotion de toute la population et se sentent particulièrement concernés par l’explication et la compréhension du phénomène. Cette fabrication est très ancienne et je suis convaincu que tous ceux qui peuvent disposer d’une bibliothèque scientifique sont allés lire la partie du « Traité de Pascal » décrivant la chimie du nitrate d’ammonium.

Malheureusement, il faut plus que la lecture d’un traité général pour comprendre et expliquer un tel drame. Il importe de se garder de toute hypothèse trop simplificatrice et, seule, une enquête conduite par des spécialistes pourra avancer une explication. La Grande Paroisse a annoncé la mise en place d’une commission d’enquête composée de spécialistes du groupe (Grande Paroisse et Atofina), de la SNPE et d’experts internationaux du monde universitaire ou de grands organismes (voir p. 42). Les résultats de cette enquête pluridisciplinaire seront rendus publics ; alors, peut-être, un débat permettra de faire avancer la connaissance dans les risques chimiques.

Un journal comme le nôtre ne peut prétendre aborder avec compétence tous les aspects du risque, en particulier tout ce qui touche à la réglementation et au domaine de la sociologie. Par contre, nous devons sans doute consacrer plus de moyens aux aspects chimiques du risque. Autrefois, on publiait des résultats négatifs (c’est en s’inspirant d’une publication d’Adolf von Baeyer sur les « résines » obtenues lors de la condensation du formol sur le phénol que, 25 ans après, Leo H. Baekeland a mis au point le premier polymère synthétique en 1907), et la description des protocoles expérimentaux était très précise. Nous pourrions apporter une contribution en publiant des articles consacrés aux réactions dangereuses et en renforçant ainsi notre rubrique « Hygiène et Sécurité ». Il existe sans doute dans les archives des laboratoires et des centres de développements industriels et dans les laboratoires universitaires, des observations consignées sur des incidents ou accidents dont la communauté pourrait tirer profit pour une meilleure sécurité dans les laboratoires et installations.

Nous faisons appel à tous les collègues qui disposent de ces informations pour qu’ils les adressent à la rédaction. En les publiant, nous rendons aussi hommage aux victimes de Toulouse.

Bernard Sillion
Rédacteur en Chef