N° 373 avril 2013

Un « bécher d’honneur » : le scandale de la viande de cheval... La chimie en première ligne !

Page : 13
Rubrique : À propos de
© Lyonar/Wikimedia-CC-BY-2.5.

Le scandale de la viande de cheval, une bonne occasion de parler de la chimie qui tue, ou comment faire d’une fraude dans une filière agroalimentaire un épouvantail où on trouve pêle-mêle toutes les idées reçues et largement médiatisées sur les horreurs qu’on nous fait manger pour le plus grand bénéfice de l’industrie chimique et de ses utilisateurs sans scrupules. Et n’oublions surtout pas les scandales sanitaires récents, le vaccin empoisonné par le terrible squalène, le cholestérol et les abominables statines ; sans compter les plastiques et les encres aux phtalates pervers, et même la cosmétique, les teintures, les peintures, etc.

Et pourtant ! Imagine-t-on dans nos pays précautionneux, un troupeau laissé sans les soins élémentaires qui le conservent en bonne santé, et permettent ainsi à nos paysans bio de survivre ? Nos animaux familiers, chats, chiens, sont également vaccinés et traités antipuces, antitiques, par exemple. Quoi d’étonnant alors si l’on retrouve des traces de certains composés dans l’environnement des élevages industriels, et évidemment dans la chair de l’animal lui-même : anti-inflammatoires, bétabloquants, antibiotiques, hormones diverses, mais également anticoccidiens, douvicides et vermifuges, etc., etc.