N° 251 novembre 2001

Un collègue allemand nous a quittés : Wilhelm Lewicki

Page : 49
Rubrique : Informations générales
Sous-rubrique : Hommage

C’est avec une profonde émotion que nous avons appris le décès, le 10 octobre dernier, suite à une douloureuse et irrémédiable maladie, de Wilhelm Lewicki, descendant à la 5e génération du grand chimiste allemand Justus von Liebig.

Né en 1935, il avait accompli ses études supérieures à l’Université de Sarrebruck. Allemand de patrie, européen de cœur, c’était un industriel de la chimie, présentement directeur-gérant des établissement B.V. Prohama et de la société Ependage-Vinasse-Aus-bringungs, à Ludwigshafen am Rhein. Son activité, son enthousiasme, les efforts qu’il a dépensés sans compter dans le domaine de l’histoire de la chimie, la « piété filiale » qu’il a professée à l’égard de son illustre aïeul, tant par la création de la Société des Amis de Liebig, l’aide importante apportée au musée Liebig de Giessen, l’établissement d’une très riche bibliothèque de chimie et de pharmacie, largement ouverte aux chercheurs, à Ludwigshafen, la fondation d’un prix Liebig-Wöhler, que par l’organisation de colloques et la réédition des œuvres de Liebig, très souvent commentées et annotées, ont largement contribué à faire connaître Wilhelm Lewicki.

Personnellement, c’est au cours de mon mandat de six ans à la présidence du club Histoire de la chimie que j’ai très vivement apprécié la grande courtoisie, la grande disponibilité, l’excessive gentillesse et l’aspect humain de notre collègue, avec qui nous avons eu plaisir à tisser des liens d’amitié. Membre du Conseil du club, il avait en effet participé à l’organisation du colloque « Nourrir les Hommes » et à l’exposition qui avait eu lieu simultanément au Palais de la Découverte en novembre 1999. La dernière fois où nous avons eu plaisir à le rencontrer a été voici un peu plus d’un an, le 26 septembre 2000, à la Maison de la Chimie où il nous avait convié dans le cadre de la journée « Hommage aux professeurs et élèves français de Justus von Liebig », qu’il avait organisée en souvenir de la formation universitaire parisienne reçue par son aïeul de novembre 1822 à avril 1824.

Par ces quelques mots, nous voulions rappeler le souvenir de Wilhelm Lewicki à ceux qui l’ont connu et apprécié, et exprimer toute notre sympathie à sa famille en cette circonstance.