N° 440 mai 2019

Un nouveau supraconducteur non toxique

Pagination : 63-64
Rubrique : Un point sur
Mots-clés : Supraconductivité à base de fer, intermétallique, hydrogène.

Structure cristalline du supraconducteur LaFeSiH. Les atomes de lanthane, fer, silicium et hydrogène sont respectivement représentés en gris, vert, orange et rouge. Les distances Fe-Fe, Fe-Si et La-H sont respectivement égales à 2,85, 2,35 et 2,44 Å.

La découverte en 2008 de la supraconductivité à base de fer a marqué l’émergence d’une nouvelle famille de supraconducteurs non conventionnels. Dans le feuillet à l’origine de la supraconductivité, les atomes de fer sont systématiquement associés à un élément pnictogène (P, As) ou chalcogène (S, Se, Te).

En 2018, des chimistes ont réussi à synthétiser pour la première fois un supraconducteur qui contient du silicium non toxique à la place de l’élément pnictogène ou chalcogène. Ce matériau, LaFeSiH, a été obtenu par hydrogénation d’un intermétallique, méthode de synthèse qui ouvre une voie de recherche innovante et originale dans le domaine de la supraconductivité à base de fer.

Voir aussi les autres fiches Un point sur