N° 441 juin 2019

Un vent de modernité

Page : 2
Rubrique : Éditorial

La présentation des résultats de France Chimie en avril dernier était porteuse d’un message fort : « La chimie, une chance pour la France ». Les indicateurs d’activité, d’emploi, d’innovation, traduisent le dynamisme et la modernité du secteur. Ce numéro est à l’image et illustre le dynamisme de la science et de l’industrie chimique

Les calorimètres, là où on ne les attend pas
Dans le dossier consacré à la calorimétrie, qui remonte à Lavoisier, Jean Rouquerol et les auteurs font d’une « vieille dame » une « fée » indispensable dans de nombreux secteurs d’activité : santé, matériaux, procédés, énergie, avec des appareils miniaturisés et des installations gigantesques comme au CERN.

La mole, redéfinie
En mai, le Système international des unités a été revu et quelques étalons vont rentrer au musée. Cette évolution aura un impact sur l’enseignement et la recherche. Ainsi, en collaboration avec la Société Française de Physique, nous publions un article sur la seule unité de la chimie concernée : la mole, et indirectement la constante de Planck.

L’actualité des principes actifs
La nouvelle rubrique, alimentée par Josette Fournier et Jean-Marc Paris, s’installe au fil des numéros ; vous y découvrirez les nouvelles molécules et les enjeux qui se profilent pour l’avenir de la santé humaine, animale et végétale.

Histoire, éducation et publications
Le progrès s’évalue à la lueur du passé et du présent, d’où l’intérêt de l’histoire et de l’enseignement pour comprendre l’origine et les fondements des concepts et approches de l’innovation en chimie. Les articles d’Alain Dumon, Céline Chizallet et Philippe Colomban en sont la preuve.
Pour être à la pointe, vous avez aussi recours aux publications scientifiques. Actuellement, le modèle des éditeurs de revues scientifiques est en mutation avec l’« open access » et les sociétés savantes comme la Société Chimique de France suivent attentivement les évolutions.

Le prochain numéro sera exceptionnellement dédié au congrès IUPAC 2019 qui se tiendra à Paris en juillet prochain : un rendez-vous à ne pas manquer.

Patricia Pineau
Rédactrice en chef

Le 21 mai, date de bouclage de ce numéro, Marc Taillefer, président de la Société Chimique de France, a publié sur les sites de la SCF et de L’Actualité Chimique la mise au point suivante :

La dernière chronique publiée dans L’Actualité Chimique de mai [1], qui alimente des thèses climatosceptiques, a suscité de nombreuses critiques.

Au nom de la Société Chimique de France, je tiens à rassurer nos membres sur le fait que cette chronique ne reflète que l’opinion de son auteur et en aucun cas une position officielle de notre société savante.

L’Actualité Chimique accueillera toute critique constructive, par exemple sous forme d’un courrier des lecteurs, et nous allons également solliciter l’éclairage d’un climatologue dans un article qui sera publié dans la revue.

Nous envisageons également de donner la parole à un panel de scientifiques sur le thème de la chimie et du climat dans un numéro dédié.

La communauté des chimistes est au cœur des enjeux et des défis sociétaux. Elle œuvre de concert avec les scientifiques des autres disciplines afin d’améliorer le quotidien et de bâtir le monde de demain. La lutte contre le réchauffement climatique en est une illustration.

Merci aux lecteurs d’avoir réagi, permettant ainsi à L’Actualité Chimique d’avancer sur le traitement de ce type de sujet.

Couverture

ATLAS Experiment, © 2014 CERN.

[1NDRL : la chronique en question a été retirée du site le 20 mai.