N° 212 mars 1998

Une expérience à poursuivre ?

Page : 3
Rubrique : Éditorial

La communication fait aussi partie des préoccupations des chimistes, qu’ils appartiennent au CNRS ou à la SFC, ou mieux aux deux. Le département Sciences chimiques du CNRS publie régulièrement, quatre fois par an, la « Lettre du département » qui est diffusée aux personnels du CNRS et aux membres des unités associées. Cette lettre répond habituellement aux canons des journaux de liaison d’entreprise. De son côté, la Société Française de Chimie publie, tous les mois, un périodique L’Actualité Chimique, qui touche tous ses membres appartenant aux mondes de la recherche, de l’industrie ou de l’enseignement, et qui adopte donc une formule plus généraliste.

Ces publications ont leur personnalité, leur public et leur forme différente. Il est toutefois apparu qu’un certain nombre de préoccupations communes les rapprochaient, ne serait-ce que... la chimie, mais aussi le souci, bien sûr, de servir la collectivité. C’est ce dernier souci qui nous a poussés à analyser ensemble les contenus et à identifier des parties voisines ou communes.

Ce sont tout d’abord les nouveautés scientifiques, jugées assez importantes pour être portées à la connaissance d’une large communauté. Elles peuvent avoir leur origine dans les laboratoires de la recherche publique, mais aussi dans les entreprises ou laboratoires industriels. Il s’agit de les présenter d’une façon compréhensible et donc utile au plus grand nombre de lecteurs, et pas seulement pas les spécialistes qui, de toutes façons, en auront eu connaissance par ailleurs. L’exercice est difficile car la spécialisation, rendue nécessaire par l’explosion des connaissances, induit souvent un jargon opaque, alors que la nécessité des approches thématiques nécessite une culture scientifique qui puisse s’exprimer par des mots simples, compris par une large communauté pluridisciplinaire.

Ce sont aussi les nouvelles de l’industrie, les points de vue d’acteurs et de décideurs des entreprises, l’évolution du marché industriel, les conséquences des fusions et leur répercussion sur la Recherche-Développement qui peuvent être expliquées et mieux comprises. De plus, comme la chimie, science centrale au CNRS, est très souvent en prise directe avec l’industrie des produits, il est hautement souhaitable que la liaison Recherche-Industrie apparaisse, et soit illustrée.

Il y a, enfin, les informations générales sur la vie de la Société Française de Chimie, du Département des Sciences chimiques, les actualités européennes, ainsi que les manifestations scientifiques susceptibles d’intéresser notre communauté.

C’est pourquoi une réflexion a été engagée pour examiner les possibilités de rapprochement et faire jouer, si possible, les synergies. Une réalisation concrète est la publication de numéros communs, dont celui-ci est le premier essai effectué à titre expérimental.

Vos réactions, vos remarques, suggestions, ainsi que vos contributions que nous attendons, seront, bien sûr, du plus haut intérêt pour nous et orienteront la suite de cette action commune.

Jean-Claude Bernier
Directeur du département des Sciences chimiques du CNRS

Marc Julia
Président de la Société Française de Chimie