N° 371-372 février-mars 2013

Comment réduire le coût du captage du CO2 en postcombustion ? Les solutions proposées par IFPEN

Pagination : 47-51
Sous-thème : Physico-chimie du captage et du stockage du CO2
Mots-clés : Dioxyde de carbone, CO2, captage, postcombustion, amines, dégradation.
FR | EN

Équipement multi-réacteurs pour l’étude de la dégradation des amines.

La technologie actuelle la plus mature pour limiter les émissions de CO2 est le captage en postcombustion avec des solvants qui sont des solutions aqueuses d’amines. Le procédé de référence utilise une solution aqueuse de monoéthanolamine (MEA) à 30 % poids. Les coûts d’investissement et de fonctionnement sont détaillés pour mettre en évidence les voies d’amélioration pour développer de nouveaux solvants permettant de diminuer sensiblement le coût du captage. Il faut en priorité une augmentation de la capacité d’absorption du CO2, une excellente stabilité chimique et thermique et enfin une bonne cinétique d’absorption du CO2.

IFP Energies nouvelles (IFPEN) a suivi cette stratégie pour développer deux procédés : HiCapt+TM, qui utilise une concentration accrue de MEA pour augmenter la capacité du solvant et des additifs pour en accroître la stabilité, et DMX-1TM, qui utilise un solvant ayant la propriété de former deux phases liquides non miscibles par absorption du CO2 et/ou élévation de la température. En comparaison du procédé classique à la MEA, ces deux procédés offrent une réduction des coûts de captage du CO2 de 15 et 25 % respectivement.