N° 363 mai 2012

De la chimie du milieu interstellaire à la chimie prébiotique : l’évolution de la matière organique vers le vivant ?

Pagination : 31-35
Sous-thème : Enseignement et formation - MIEC-JIREC 2011
Mots-clés : Astrophysique, astrochimie, chimie prébiotique, milieu interstellaire, matière organique, endogène, exogène, MIEC-JIREC 2011.
FR | EN
© NASA/CXC/Univ. of Potsdam/L. Oskinova et al.

La formation et l’évolution de la matière organique commencent en grande partie au sein des nuages moléculaires denses. Ces nuages sont principalement formés de gaz (H2 et diverses molécules) et de grains interstellaires pouvant inclure une partie importante de la matière organique du milieu interstellaire piégée dans des glaces constituées de molécules simples (H2O, CH3OH, NH3...). Lors de l’évolution de ces grains au sein d’un nuage, ces molécules simples se transforment en matière organique en subissant de nombreuses modifications chimiques dues aux processus énergétiques (photons ultraviolets, protons énergétiques...) pour aboutir progressivement à une complexification de la glace originale vers une matière organique mal précisée mais probablement sous une forme macromoléculaire. Dans certaines zones, le nuage moléculaire va s’effondrer sous son propre effet gravitionnel pour former une nébuleuse préstellaire qui évoluera vers la formation d’une étoile, d’un disque d’accrétion protoplanétaire et potentiellement vers un système planétaire tel que le système solaire.

Au cours de cette évolution, les grains interstellaires vont s’agglomérer pour former de petits objets incluant la matière organique originelle qui, suivant leur évolution autour de l’étoile, pourront être qualifiés de comètes ou d’astéroïdes. Ces petits objets pourront servir de réservoir de matière organique et d’eau pour le développement d’une chimie prébiotique à la surface de planètes telluriques telle que la planète Terre, prélude à l’émergence de biosystèmes, au moins dans un cas connu, celui de notre planète.