N° 364-365 juin-juillet-août 2012

Eastman-Kodak : chronique d’une « faillite annoncée »

Pagination : 11-15
Rubrique : Industrie
Mots-clés : Kodak, photographie, industrie, historique, chimie.
© Kodak.

George Eastman (1854-1932).

L’annonce de la faillite possible d’Eastman-Kodak mérite mieux que les communiqués laconiques de la presse, car l’histoire de la société est riche de coïncidences et d’enseignements révélateurs. Les portraits de George Eastman, fondateur de l’entreprise, et de Steve Sasson, inventeur de l’appareil à photos numériques, témoignent du passé prestigieux de la société.

Cependant, à partir de 1950, les prémices des difficultés à venir s’esquissent. Victime de la formidable révolution des technologies de l’information et de la communication (TIC), l’entreprise se trouve pénalisée aussi par le manque de vision stratégique des successeurs de George Eastman.

Au moment où Eastman-Kodak risque de disparaître, Eastman Chemical, son ancienne filiale chimique rachète Solutia, la branche chimique de Monsanto. Par cette opération, les deux sociétés, orphelines de sociétés prestigieuses, marquent leur ambition de se concentrer sur les films techniques utilisables en particulier pour le photovoltaïque. Un réconfort pour l’ancien leader mondial de l’industrie photographique, un espoir pour sa filiale chimique, répudiée en 1994 ? À suivre...