N° 359 janvier 2012

Empreintes électroniques de nouveaux systèmes : apport du couplage spectroscopie photoélectronique à rayonnement UV/théorie

Pagination : 27-37
Rubrique : Recherche et développement
Sous-rubrique : Médailles de bronze du CNRS
Mots-clés : Propriétés électroniques, spectroscopie photoélectronique à rayonnement UV, études théoriques, espèces réactives, oligomères π-conjugués.
FR | EN

Spectromètre photoélectronique à rayonnement UV (prototype MECA 2000-OMICRON).

La détermination des propriétés électroniques de nouveaux systèmes organiques ou organométalliques permet de mieux en appréhender la réactivité. Expérimentalement, la spectroscopie photoélectronique à rayonnement UV (SPE-UV) en phase gazeuse est la seule technique permettant d’avoir de telles informations grâce à la détermination des potentiels d’ionisation, véritables empreintes électroniques du système étudié.

Le couplage des données obtenues avec des calculs théoriques s’avère être un outil puissant pour une description fine des systèmes analysés puisqu’il donne accès entre autres à la nature et l’énergie des orbitales moléculaires. Ce couplage nous a en particulier permis de préciser la structure électronique d’oligomères π-conjugués et de caractériser des espèces à courte durée de vie à coordinence non usuelle de l’arsenic et du phosphore.

Karinne Miqueu a reçu la Médaille de bronze du CNRS en 2010.

AC359-Miqueu-annexes