N° 234 avril 2000

Fossiles moléculaires d’intérêt microbiologique, pétrolier, agronomique et environnemental

Pagination : 5-19
Rubrique : Recherche
Mots-clés : Pétrole, humus, pollution, sol, sédiment, environnement, fossile moléculaire.
FR | EN

Les fossiles moléculaires sont des substances organiques présentes dans les sols, les sédiments, le charbon et le pétrole brut. L’étude de ces fossiles moléculaires a généré de nombreux champs d’application scientifique. Par exemple, la découverte de fossiles hopanes dans le pétrole en 1970 a entraîné de façon fortuite l’identification de nouvelles substances bactériennes, les hopanols, en 1976 !
Quelques autres fossiles « orphelins » attendent la découverte de leurs « parents » dans de nouvelles substances biologiques. De plus, les fossiles moléculaires ont été largement utilisés pour décrypter les processus biogéochimiques qui régissent la dégradation et la maturation des matières organiques sédimentaires suivant leur profondeur dans le sol. Ces découvertes se sont avérées particulièrement efficaces pour localiser de nouveaux gisements de pétrole.
Plus récemment, des recherches moléculaires et isotopiques des sols ont révélé de nouvelles voies de transformation de substances de l’humus. Une méthode a alors été mise au point pour mesurer le renouvellement à long terme des substances organiques individuelles dans le sol.
Actuellement, les fossiles moléculaires sont utilisés pour authentifier des échantillons pollués et pour réparer les milieux pollués par du pétrole tels que les sols, les végétaux, l’atmosphère, les sédiments récents et la nourriture.