N° 269 octobre 2003

Galerne, 25 ans déjà !

Page : 10
Rubrique : Matériaux et biologie
Mots-clés : Matériaux, biologie, Galerne.

L’école d’été de chimie du solide connue sous le nom de « Galerne » est née il y a 25 ans. Elle résultait du désir que nous avions avec Jean Rouxel de faire vivre la communauté de chimie du solide française. Les seniors avaient souvent l’occasion de se retrouver dans les différents congrès internationaux auxquels ils participaient. C’était beaucoup plus rare pour les juniors et nous avons souhaité favoriser des lieux de rencontre afin qu’ils puissent établir des liens directs, sans passer par les voies hiérarchiques.

Notre but était de créer une école destinée aux jeunes chercheurs et animée par eux-mêmes, indépendamment des organismes de tutelle. Il n’y avait pas de hiérarchie « enseignant-enseigné », chaque participant étant à la fois auditeur et orateur.

La réalisation de ce projet, en dehors de toute structure officielle, ne s’est pas faite sans douleur. L’indépendance a un prix et c’est grâce à la fermeté de Jean Rouxel qu’avec Gérard Villeneuve nous avons pu organiser la première école d’été. Elle s’est tenue en Bretagne, près de Redon, au pays de Jean. Pour cette première expérience, nous avions choisi de traiter des spectroscopies de résonance magnétique (RMN-RPE) qui, à l’époque, faisaient tout juste leur apparition dans nos laboratoires. Ce thème sera repris quinze ans plus tard, avec tous les développements que nous lui connaissons.

Les six premières écoles ont été organisées par le trio fondateur et puis Galerne a pris son envol. Organisé chaque année par un laboratoire différent, il a fait plusieurs fois le tour de la France et a contribué à renforcer les liens au sein de notre communauté. La rédaction d’un polycopié, distribué avant le début de l’école, permettait de laisser du temps aux discussions, parfois vives, mais toujours amicales. Combien d’idées nouvelles et de collaborations spontanées sont nées de discussions informelles autour d’un verre ou d’un poster ! Ces polycopiés, dont malheureusement il n’existe pas de collection complète, constituent aujourd’hui un ensemble de documents précieux pour l’enseignement de la chimie du solide.

Lors de la première école d’été, nous avons cherché quel nom lui donner. C’est Jean Rouxel qui a proposé de la baptiser Galerne, du nom d’un vent de son pays. Nous pensions que le dicton de sa grand-mère qui disait « il va faire beau, le vent est à Galerne », nous porterait chance. La sagesse des anciens est le fruit d’une longue expérience et effectivement, 25 ans après, la chimie du solide s’est considérablement développée, les juniors sont devenus des seniors, mais Galerne est toujours là ! C’est même presque devenu une institution ! Espérons que grâce aux jeunes chercheurs, l’esprit de Galerne continuera à vivre et à faire progresser la science et l’amitié au sein de nos laboratoires.